amortels_bandeau

Amortels est disponible

Amortels

Couverture Amortels ©David Demaret

C‘est aujourd’hui que paraît aux éditions L’Atalante Amortels, le roman de Matt Forbeck dont je vous ai parlé dans ce billet.

Nous sommes au XXIIe siècle. Le monde est en pleine stagnation – certains domaines scientifiques, tels que la médecine, connaissent même un fort recul. Pourquoi ? Parce que dans la première moitié du XXIe siècle, on a découvert comment stocker la psyché humaine et depuis, quand la mort vous emporte, il suffit de l’injecter dans un clone qui a gentiment grandi en cuve en attendant d’être activé. Le seul hic est que cette technologie coûte très cher et que seuls les plus riches et les plus puissants y ont accès. Il existe une exception à cette règle : un homme que rien ne prédisposait à devenir un Amortel, un agent du Secret Service, l’homme sur lequel a été effectué le premier test à échelle réelle, le doyen de l’humanité, Ronan « Mathusalem » Dooley.

Cet agent fédéral, en service actif depuis presque deux siècles, va devoir résoudre le mystère qui entoure la mort de son dernier clone, sauvagement assassiné un quatre juillet. Un carnage filmé et diffusé sur l’ensemble de la toile. Comble du comble, ce loup solitaire se voit adjoindre, bien malgré lui, une équipière pour le seconder dans ses investigations.

Ainsi que je l’avais déjà écrit dans mon précédent billet sur le sujet, les amateurs de Richard Morgan et de sa trilogie Carbone modifié vont être en terrain connu… ou presque. Alors que l’action chez Morgan se déroule dans un univers post-expansion, où l’homme a conquis une partie de l’espace grâce notamment au transfert des psychés numérisées et à leur intégration dans des enveloppes synthétiques adaptées, Forbeck s’intéresse à l’impact d’une telle technologie sur le petit monde confiné qu’est le nôtre. Ses clones n’ont rien de surhumain, même si les technologies militaires ont accompli beaucoup de progrès, c’est vers la surveillance ainsi que la prévention et la répression du terrorisme que se sont portés tous les efforts de recherche et développement.

Même s’il s’agit d’un thriller efficace mené à un train d’enfer, l’auteur parsème son récit de pistes de réflexion sur la disparition des libertés individuelles, sur les progrès technologies par toujours maîtrisés, des recherches dépourvues de toute éthique ainsi que d’une interrogation sur ce qui définit notre identité.

universmetro2033

A l’Est, du nouveau

Couverture originale de « Vers la lumière »

Vous les aviez réclamés, les voici qui pointent le bout de leur nez… ces romans qui se déroulent dans l’univers de Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky. Les éditions L’Atalante viennent en effet d’acheter les droits de plusieurs romans russes et c’est votre serviteur qui se charge de les traduire de la langue de Tolstoï dans celle de Voltaire.

Les titres sur lesquels je vais plancher dans l’immédiat sont К свету (Vers la lumière) et Во мрак (Vers les ténèbres) d’Андрей Дьяков (Andreï Dyakov), où nous allons quitter les sous-sols étouffants du métro moscovite pour les ruines, non moins inquiétantes, de Saint-Pétersbourg. L’occasion pour nous de découvrir le sort d’autres survivants de la Grande Catastrophe.

Il est trop tôt, à l’heure où j’écris ces lignes, de parler de dates de sorties précises. Cependant, je peux d’ores et déjà vous annoncer que le premier roman paraîtra avant la fin de l’année et le second suivra dans un délai raisonnable.

Restez connectés.

rss

Reset, liens et RSS

Chers lecteurs, blogueurs et curieux,

Ainsi que vous avez pu le constater, les boulons reviennent en ligne après une longue absence et une perte partielle de données. Si la restauration des archives avance plus rapidement que prévu (je profite d’un surcroît de temps libre pour ce faire), il y a deux problèmes majeurs qui m’ont été signalés par certains d’entre vous. D’une part, la réinstallation de WordPress a rendu caducs tous les abonnements RSS à ce blog, il vous faut donc vous réabonner au flux pour qu’il fonctionne correctement. D’autre part, je n’ai pas été en mesure de restaurer l’indexation des articles, donc tous les liens que vous – lecteurs, rédacteurs et commentateurs – avez faits vers des articles spécifiques aboutissent, à priori, à une erreur 404. Cela veut dire que pour vous aussi, il risque d’y avoir un peu de travail de mise à jour, ce dont je suis sincèrement désolé.

boulons_gen

Une bonne nouvelle

J‘aime mon hébergeur. Grâce à lui, j’ai remis la main sur un grand nombre d’éléments qui me manquaient. Je vais donc reconstituer peu à peu la mémoire des Boulons. À raison d’une moyenne d’un à deux articles par jour, je devrais en avoir terminé d’ici Noël (l’histoire ne dit pas si je compte le temps sur un calendrier grégorien ou un calendrier julien, pour plus d’informations à ce sujet voyez avec Wiki).

C’est doublement une bonne nouvelle : d’une part pour vous, lecteurs, et d’autre part pour les rédacteurs dont la prose fera son retour dans les prochaines semaines.

Bonne fin de journée.

artislibre

Une nouvelle casquette

Dans un précédent billet… si, si, je vous assure, il n’est certes pas accessible pour le moment, mais j’y travaille… Dans un précédent billet, donc, je vous avais parlé des nombreux projets qui m’occupaient en ce moment sans forcément en préciser la nature.

Aujourd’hui, attendu que la chose est désormais officielle, je vais vous en dévoiler un d’entre eux. Je deviens directeur d’une collection graphique au sein des Éditions Booklight, une jeune maison d’édition nantaise. La collection a été baptisée Artis Libre (comme le Cuba du même nom, mais sans le rhum) et elle comptera entre quatre et six ouvrages par an. L’idée est de publier dans un format carré de 16 cm par 16 cm des Art books, Sketch books et autres Art of, tant d’artistes confirmés que de jeunes talents dont la renommée n’est pas encore faite auprès du grand public.

Je peux d’ores et déjà vous dévoiler les noms des artistes dont les ouvrages vont paraître au premier semestre 2012 : Gess et Valériane Duvivier. Est-il besoin de présenter le premier ? Entre ses travaux dans la BD avec Carmen McCallum, La Brigade chimérique, le dernier tome de Jour J ou encore La Malédiction de Gustave Babel et ses illustrations des univers de Pierre Bordage et d’Orson Scott Card, la palette de son talent est large. Quant à Valériane, c’est justement l’un des jeunes talents dont je vous parlais quelques lignes plus haut. Avec des illustrations publiées de-ci de-là en France et en Angleterre, et deux web-comics, les travaux de cette jeune nantaise ont été un coup de cœur pour l’éditrice et moi.

Bien entendu, je vous tiendrai informé de la suite des événements et du développement de la collection sur ce blog. Mais vous pourrez également trouver des informations sur le site des Éditions Booklight.

J’ai vraiment hâte de vous faire découvrir toutes ces belles images. Alors, à très vite.

jaimepasSF

J’aime pas la SF

Qu’est-ce donc que cela ?

Une soirée organisée par deux associations, O’Librius et Fondu Au Noir, autour de la science-fiction justement le jeudi 1er décembre à partir de 19 h 00 au POL’N, 11 rue des olivettes à Nantes. À travers un débat, des lectures, des jeux et un concert autour du roman La horde du contrevent d’Alain Damasio, les lecteurs présents seront invités à découvrir ou à redécouvrir ce que sont les mondes et les modes d’expression de la science-fiction.

En attendant cet événement qui promet d’être fort sympathique, je ne peux que vous encourager à flâner numériquement sur le blog dédié à l’événement pour y découvrir divers témoignages autour du thème, que l’équipe de Fondu Au Noir a recueillis au gré des rencontres aux Utopiales 2011. Il y a quelques perles à ne pas manquer.

N’hésitez pas à venir nombreux jeudi soir, l’entrée est libre.

reprendrezero

Tout reprendre de zéro

Voilà, c’est chose faite : Les Boulons éclectiques sont de retour en ligne. Et, à l’instar de XIII, ils ont perdu la mémoire. On peut même faire des rimes de ce nouvel état : Les boulons électriques, un blog amnésique !

C’est contrariant, je vous l’avoue, de passer un mois à essayer de récupérer les données en vain. Mais il en faudrait plus pour entamer mon enthousiasme et me faire arrêter le projet. Il faut bien dire qu’en l’occurrence, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même : je ne suis pas le roi des sauvegardes (c’est pour ça qu’à la maison j’ai une TimeCapsule© qui s’occupe d’y penser à ma place) et ce n’est pas faute d’avoir perdu des données par le passé. Je peux même vous avouer, attendu qu’il y a prescription maintenant, que j’avais perdu plusieurs chapitres de la traduction de 2033. En dépit de ces déboires, je n’ai pas changé (air connu)… Enfin, si… J’ai investi dans la TimeCapsule© précédemment évoquée. Malheureusement, elle sauvegarde uniquement le contenu de ma machine et non de mes élucubrations en ligne…

Néanmoins, toutes les données ne sont pas perdues, et je ne désespère pas de reconstituer les archives du blog. Ce n’est sans doute qu’une question de temps… et de motivation, il faut bien le reconnaître.

Restez connectés.

A bientôt,

Denis