Une nouvelle traduction

Je vous avais parlé, dans mon billet de nouvelle année, de projets d’écriture et de traduction pour l’année 2011, en voici un.

Il s’agit du roman de Matt Forbeck intitulé Amortals. Je suis dessus depuis quelques temps déjà et la remise à l’éditeur est prévue pour la fin du mois de juin.

But first things first. Who the hell is this guy ? Les rôlistes ont des chances de connaître (ou pas) Matt Forbeck car il a participé à un certain nombre de jeux de rôles, essentiellement dans l’univers de Donjons et Dragons où il a travaillé sur des suppléments pour des univers tels que Forgotten Realms ou Eberron. Pour ce dernier univers, il est également l’auteur d’une trilogie : The Lost Mark. Il a également écrit des romans dans l’univers du jeu Blood Bowl, une version fantastique et sanglante du football américain. Plus récemment il a travaillé sur un des romans de transition entre les jeux massivement multi-joueurs Guild Wars et Guild Wars 2, intitulé Ghosts of Ascalon. Mais il ne s’est pas borné qu’aux univers de jeu, comme vous pourrez le constater moyennant quelques recherches sur vos sites ou moteurs préférés.

Venons-en à Amortals. J’imagine que c’est l’application du bon vieux principe qui stipule que travailler pour les autres c’est bien mais que travailler pour soi est encore mieux, qui a poussé Matt à se lancer dans l’aventure de l’écriture dans son propre univers. Amortals est en effet un thriller d’anticipation, bien loin des terres de légende que sa plume a abondamment exploré. Une intrigue bien menée et efficace dans un XXIIe siècle ou la psyché humaine peut être numérisée et injectée dans de nouveaux corps. Mais ce procédé est cher et seuls les plus riches et les plus utiles des hommes peuvent y accéder. C’est le cas de Ronan « Mathusalem » Dooley, agent du Secret Service et l’homme le plus vieux de la Terre.

Ceux et celles d’entre vous qui ont aimé l’univers de Richard Morgan et son cycle ouvert par Carbone modifié, vous serez ici en terrain connu. Et compte tenu de la différence temporelle et technologique, Amortals pourrait constituer une sorte de genèse à l’univers de Morgan.

D’autres nouvelles bientôt.

    • C’est un bon roman, même si après plusieurs mois passés à le disséquer ligne par ligne, il m’arrive parfois de râler contre l’auteur. Mais je pense que ça fait partie du métier de traducteur et qu’à force d’être le nez dans le guidon, on perd de vue le tableau général.
      Amortals est un thriller efficace, où l’auteur joue le jeu du genre en semant des indices à travers son texte. Il n’y pas de fin sortie du chapeau, le lecteur peut utiliser les éléments mis à sa disposition pour mener sa propre enquête et tirer des conclusions pertinentes… ou erronées.
      Pas de date de sortie ferme pour le moment. A priori, il paraîtra soit juste avant soit juste après les fêtes de fin d’année.

  • Laisser un commentaire